Les étapes à suivre pour ouvrir un restaurant

Publié par Contributor le

L’ouverture d’un restaurant est un projet nécessitant autant d’analyses que de démarches. Bien que votre passion soit la raison qui vous motive, pour mener à bien la réalisation de votre projet, vous devez avoir les fonds nécessaires afin de démarrer. Découvrez les étapes par lesquelles vous devez passer pour ouvrir votre restaurant.

 

Les démarches administratives

Les démarches concernent l’inscription à la chambre des métiers ou au registre du commerce et des sociétés (RCS). Vous devez rédiger vos statuts et publier une annonce légale. Vous effectuez ces démarches au centre de formalités des entreprises (CFE) de votre région. Dans le cas où vous auriez choisi la location, vous devez effectuer les démarches se rapportant à la location en bail commercial.

 

Le statut juridique

Pour que votre entreprise existe légalement, vous devez choisir un statut parmi les suivants : société commerciale, société individuelle ou auto-entrepreneur. Si vous voulez gérer seul votre restaurant, optez pour le statut « société individuelle ». Cela va réunir vos biens personnels et professionnels, ce qui fait que les deux peuvent vous être pris en cas de dette non réglée. Le statut « auto-entrepreneur » est plus ou moins identique. Par contre, si vous avez un associé et que vous voulez distinguer vos biens personnels et professionnels, le statut « société commerciale » sera le plus adapté à votre situation. C’est le statut que vous choisissez qui définit votre fiscalité, vos responsabilités juridiques ainsi que vos charges sociales.

 

Les réglementations

Que vous créiez, repreniez ou transformiez un restaurant, avant son ouverture, il faut que vous fassiez une déclaration auprès de la direction départementale en charge de la protection des populations (DDPP). Elle permet la programmation des visites de contrôle sanitaire : la première se déroule impérativement après l’ouverture de votre établissement ; quant aux prochaines, elles peuvent se faire inopinément ou régulièrement.

Si vous proposez des boissons, vous êtes soumis à certaines réglementations visant la protection des consommateurs. Vous devez mettre des signalisations indiquant l’interdiction de fumer dans l’établissement, sauf dans les terrasses ouvertes. Vous devez également vous renseigner auprès de la préfecture pour connaître les horaires d’ouverture, notamment pour les ouvertures de nuit. De même, vous devez respecter les normes d’hygiène et de sécurité.

 

La licence

Pour pouvoir vendre des boissons alcoolisées pendant les repas, vous devez être titulaire d’une licence restaurant. Si vous voulez les vendre en dehors des repas, comme un bar-restaurant, vous devez obtenir une licence de débit de boissons à consommer sur place. Sachez que celle-ci peut remplacer la première dans le cas où vous serviriez des boissons alcoolisées pendant et/ou en dehors des repas.

 

Le budget

Pour réaliser un tel projet, vous devez avoir des apports pour que les banques puissent accepter plus facilement votre demande de financement.

 

Le diplôme

Aucun diplôme ni formation spécifique n’est exigé pour exercer le métier dans le domaine de la restauration, contrairement à celui de la boulangerie. Toutefois, depuis 2012, il existe une législation en vigueur concernant l’hygiène alimentaire. Un restaurant doit avoir au moins un titulaire d’une formation en hygiène alimentaire. Celle-ci se déroule pendant au moins 14 heures, et peut être suivie par n’importe quel employé du restaurant. Le titulaire n’est pas obligatoirement le créateur.

 

Il faut également avoir de la stratégie pour réussir dans ce domaine. Que ce soit dans le choix de l’emplacement, le type de restauration, le type de clientèle, etc., vous devez bien analyser toutes les circonstances. Un expert-comptable sera un meilleur allié dans toutes ces démarches si vous avez besoin d’aides ou que vous manquez de temps. Le relais de la route est une des entreprises ayant réussi dans le domaine de la restauration.

%d blogueurs aiment cette page :